Podcasts

Manuscrits médiévaux: le massacre des innocents et la fuite en Egypte dans la Bible moralisée de Naples

Manuscrits médiévaux: le massacre des innocents et la fuite en Egypte dans la Bible moralisée de Naples


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Yves Christe et Marianne Besseyre

F. 138r (Matthieu 2: 16-18)«Voici l'histoire: comment Hérode a fait massacrer tous les enfants de Bethléem et de tous ses territoires. Ainsi parle saint Matthieu dans son Évangile au deuxième chapitre. »

Comme l'Adoration des Mages (f. 136r) et la Présentation au Temple (f. 137v), le Massacre des Innocents a fourni une richesse d'inspiration pour les peintures médiévales car c'est un événement important dans la vie terrestre du Christ et une tragédie qui préfigure le sang des martyrs chrétiens versé pour lui.

Le surveillant du cycle du Nouveau Testament dans le Bible moralisée de Naples a choisi de situer l’illustration du massacre des innocents dans le volume avant la fuite de la sainte famille en Égypte, contrairement à l’Évangile de Matthieu, même si c’est le texte cité dans la paraphrase. L'évangéliste dit que lorsque Hérode s'est rendu compte que les mages ne revenaient pas lui parler de Jésus, il est entré dans une rage terrible et a ordonné que tous les enfants de moins de deux ans du territoire de Bethléem soient massacrés.

Le peintre A s'est sans aucun doute inspiré de la scène que Giotto a peinte sur les murs de la chapelle Arena de Padoue et a emprunté l'idée du roi dans un haut balcon étendant son bras droit pour ordonner le massacre. La miniature représente le despote pointant son index directement vers une femme serrant son bébé contre sa poitrine tandis que le bourreau pointant son épée vers l'enfant regarde le balcon où deux autres personnes parlent de la scène.

Dans le coin opposé de la composition, en bas à droite, l'enlumineur copie à nouveau l'œuvre de Giotto exactement en dépeignant cet homme, montré ici imberbe et vêtu de rouge, pointant son épée tranchante sur un enfant nu qu'il a déjà saisi par le veau. Juste derrière, un nouveau-né est sans pitié éventré, et son petit bras en l'air brutalement saisi par le soldat sans cœur pour accomplir son crime est identique à celui de la fresque de Padoue. Mais contrairement à son illustre prédécesseur, notre miniaturiste a décidé de dépeindre l'effusion de sang. Deux femmes en pleurs au premier plan regardent impuissantes leur progéniture angoissante sur leurs genoux. Une femme lève les avant-bras avec les coudes pliés et les paumes ouvertes pour exprimer son chagrin tandis que l'autre est représentée en train de se tordre les mains avec un sourire apparemment tordu qui est en fait une expression de son immense chagrin.

La fuite de la Sainte Famille en Égypte (ff.139v et 140v)

Cet épisode a inspiré deux illustrations du même thème, mais aucune n'est superflue car chaque artiste a dépeint la scène selon son propre tempérament: le plus significatif, f. 140v par le maître A propose une version narrative abrégée de l'événement tandis que la feuille précédente dépeint le vol dans une peinture pittoresque et visionnaire.

F. 139v (Matthieu 2: 12-13)«Voici l'histoire de la façon dont l'ange est apparu à Joseph pendant qu'il dormait et lui a dit: Joseph se lève et prend l'enfant et sa mère et fuit en Égypte et reste là jusqu'à ce que je te le dise. Ainsi parle saint Matthieu dans son Evangile au deuxième chapitre ».

Après que les sages ont rendu hommage à l'enfant Christ, Dieu les avertit dans un rêve de ne pas retourner à Hérode et ils décident de prendre un autre chemin pour rentrer chez eux. La Providence rend de nouveau visite à Joseph de nuit et lui ordonne de se réfugier en Egypte avec Marie et Jésus, car Hérode cherchera l'enfant pour le tuer. Le peintre A propose une version visionnaire et intellectualisée de l'épisode en montrant l'ange apparaissant dans un rêve à Joseph dans un registre séparé, au-dessus de l'homme couché avec sa femme sur un long matelas blanc, chacun occupant une extrémité. On se souviendra que le vieil homme n'a jamais eu de connaissance charnelle de Marie, même après la naissance du Christ: le peintre a trouvé un dispositif approprié pour les représenter ensemble mais chaste.

La construction de cette page est magnifique. Tout d'abord, il dépeint une scène intérieure et une scène extérieure l'une au-dessus de l'autre et pourtant organiquement liées. Le paysage se découpe dans le plan du folio créant un contraste qui insuffle plus d'intimité et de profondeur dans la pièce occupée par les époux. Le point de fuite de la pièce, cerné par une boîte de style Giotto, sert de cadre à un fond multi-strates: dans le foyer, un chat vigilant se réchauffe par les charbons à côté d’un trépied servant de support aux chaudrons; deux modestes meubles - une table basse et un coffre - se tiennent contre un mur; une porte s'ouvre sur l'écurie au centre de la composition, fournissant un cadre assez artificiel pour le point focal de ce tableau, c'est-à-dire l'âne qui rendra le vol possible.

La symétrie orthogonale de la pièce est tempérée par la courbe harmonieuse du lit des saints époux, tout comme les arbres verticaux du registre supérieur contrastent avec les rochers ronds. Ce paysage ouvert au-dessus de leurs têtes transmet un monde onirique mais terrestre au-delà; il matérialise le lieu du salut qui les attend au terme d'un long voyage: ils doivent d'abord traverser des plateaux arides puis des forêts sombres avant de voir enfin au loin les murs d'une ville où ils peuvent se réfugier.

Cette page avec son illustration de premier ordre a été ajoutée au quire 22: tout comme f. 132 dans la même main. Le quaternion original (8 feuillets) a donc été augmenté de deux tableaux qui sont en quelque sorte des répétitions plus détaillées et rehaussées des enluminures de la Nativité et de la Fuite en Égypte du peintre A.

F. 140v (Matthieu 2: 14)«Voici l'histoire: Comment Joseph a pris Notre Seigneur Jésus-Christ et la Vierge Marie et ils se sont enfuis en Égypte selon les instructions de l'ange. Ainsi parle saint Matthieu dans son Évangile au deuxième chapitre. »

Le vol en tant que tel est, en effet, représenté ici au début d'un nouveau cahier de 4 feuillets de parchemin (ou binion, ff. 140-143). Cette miniature représente le texte qui raconte comment «Joseph se leva, prit l'enfant et sa mère de nuit et partit pour l'Égypte». La paraphrase biblique ne précise pas que la scène s'est déroulée de nuit, un détail important, peut-être pour sauver le peintre A de la situation difficile d'avoir à dépeindre une scène de nuit: une mission impossible à cause du sol d'or. La représentation des personnages dans cette composition naïve n'est pas très magistrale (pour un spectateur moderne, l'âne semble marcher sur les pieds de Joseph) mais comme on le sait, le réalisme pictural n'est pas l'objectif principal, comme le démontre le fond artificiel de la citadelle entouré de remparts en arrière-plan, l'intention étant de suggérer un havre où la Sainte Famille peut se cacher de la folie meurtrière d'Hérode.

Marie est assise en selle sur l'âne, serrant l'enfant Jésus contre sa poitrine. Il est représenté en langes et couronné d'un nimbe cruciforme dont le contour est invisible car l'artiste semble avoir oublié de dessiner le cercle de son auréole sur la feuille d'or comme il l'a fait pour les autres personnages. Joseph marche en arrière avec un paquet sur son épaule, posant sa main sur l'arrière-train de l'âne. L'ange vêtu d'une robe couleur flamme tenant sa bride le conduit vers le lieu de refuge. Le petit groupe passe devant de hautes falaises qui évoquent des terres étrangères et les dangers du voyage mais le messager céleste tend le bras vers la ville à l'horizon.

Il s'agit d'un extrait du volume de commentaires de La Bible moralisée de Naples par Yves Christe (professeur honoraire, Université de Genève) et Marianne Besseyre (conservatrice au Centre de recherche sur les manuscrits enluminés, BnF). Nos remerciements à Moleiro Editor pour ce texte et ces images. Vous pouvez en savoir plus sur ce livre d'heures en visiter leur site Web.


Voir la vidéo: Les enluminures - Philippe Jaroussky (Mai 2022).